Naturopathe Animalier - Docteur Vétérinaire

L'Animal en cage - Avis d'un Naturopathe Animalier

  • Le 27/09/2022
  • 0 commentaire

Il est évident que ceux qui vont lire ces quelques lignes ne sont pas pour mettre l’animal en cage.

Les animaux sauvages, pour le rester, ne peuvent qu’être en liberté. Pourtant il y a encore des animaux sauvages enfermés dans des cages.

 

L'Animal en CAGE L'avis d'un Naturopathe Animalier

 

Les animaux en captivité

Cette maltraitance a très largement diminué mais existe toujours. Un grand ménage a été fait, mais l’usage du terme « animaux sauvages nés en captivité » montre qu’il y a eu un effort teinté d’hypocrisie. 

On sait maintenant que ces animaux captifs sont supposés être un moyen de maintenir une partie de la biodiversité.
Mais avec le temps, et ce temps est déjà arrivé, l’ADN des animaux captifs est différent de ceux qui vivent en pleine liberté !

Et je ne parlerai pas des animaux de laboratoire qui existent encore.

L'élevage intensif

Les animaux domestiques sont aussi victimes des cages, en particulier ceux qui sont dits de rente.

Les volailles, les lapins en particulier sont soumis à des conditions de vie lamentables dans les élevages industriels.

Les truies immobilisées dans des cages où aucun mouvement n’est possible est peut-être l’exemple le plus honteux, sous prétexte de ne pas écraser les porcelets.

Et que dire de ces cargos qui transportent des milliers de moutons écrasés les uns sur les autres, et où la perte de 10 % d’entre eux pendant le transport est considérée comme une bonne chose !

Je ne peux pas passer en revue tous les cas.

 Si l’animal est en cage pour le protéger des dangers de la vie (quelle expression étonnante !), il faut avouer que c’est plus pour le conserver « sous notre protection ». Alors on va agrandir la cage pour lui donner plus de liberté, mais une liberté contrôlée !

Les animaleries

Dans les animaleries, les conditions de détention des animaux sont souvent lamentables, sous couvert de toutes les excuses.

Fin 2021, une animalerie, près de Caen, a refusé de mettre ses animaux en cage. Un parc pour les lapins, une grande volière pour les oiseaux, voilà ce qui a été fait.
C’est un effort intéressant qui devrait être demandé à toutes les animaleries.

Mais attention, je ne veux pas interdire toutes les cages !

Dans quels cas utiliser la cage ?

La cage devrait être un moyen temporaire de contention d’un animal, pour un transport par exemple.

En voiture nous mettons une ceinture de sécurité. Mais nous ne vivons pas en permanence avec cette ceinture.
On ne peut pas imaginer un chien ou un chat en liberté dans une soute d’avion.

La cage pour l’animal n’est pas un mode de vie, mais un moyen temporaire pour le protéger.

Alors il faut habituer notre chien ou notre chat à aller dans une cage. Pour cela il faut un apprentissage. Mettre  son chien en cage  lors de nos absences peut être intéressant. Un espace réduit peut sécuriser le chien, le rendre moins stressé, comme s’il se sentait protégé dans sa tanière. Quand il y a de l’orage, nous nous protégeons dans notre maison. Quand nous avons peur, nous allons essayer de réduire notre volume en nous recroquevillant sur nous même, en nous cachant sous les couvertures parfois. La cage ne doit pas être une punition.

Combien de fois j’ai vu des chiens qui prenaient le dessous de la table de la cuisine pour une cage de protection, une tanière !

Comment bien utiliser une cage pour ne pas traumatiser son animal ?

La cage doit être de taille suffisante pour se lever et pour y être à l’aise même étendu.
On y met un tissu, une couverture, un coussin, on y met un jouet, un doudou. Par contre pas de nourriture, car c’est un lieu de couchage. 
Cela n’empêche pas que l’on peut donner une friandise quand le chien va dans sa cage. Ainsi le chien ira dans sa cage dès que vous lui en donnerez une.
Ensuite vous pouvez associer un mot à ce rituel pour qu’avant la friandise, le chien soit déjà entrain d’aller dans sa cage. Et évidemment, la porte de la cage doit rester ouverte, pour qu’il y ait habituation naturellement.

Quand cela est fait automatiquement, pour prévoir des situations différentes, lorsque le chien rentre dans la cage, on ferme la porte et on lui donne une friandise pour rendre agréable la fermeture provisoire de la cage.

Si vous devez habituer votre chien à rester dans la cage plusieurs heures (pas plus de 5 heures !), faites le de façon progressive, en augmentant le temps passé dans la cage fermée. Quand vous quittez la pièce où se trouve la cage, si le chien se met à pleurer ou autre, ne revenez pas sur vos pas. Attendez quelques instants à l’extérieur de la pièce, et augmentez à chaque fois le temps de séparation.

Il y a évidemment des cas rebelles, mais c’est alors un travail sur la relation du chien et de l’humain qu’il faut faire. Des spécialistes peuvent vous aider, vétérinaires, comportementalistes, naturopathes animaliers !

Pour les chats, l’éducation est plus difficile, mais si la cage de transport ouverte fait partie du mobilier de la maison, il sera très facile de faire accepter à votre chat d’y aller pour un transport de tout ordre.

Ajouter un commentaire